PRÉPARATION ÉTAPE DU TOUR : AU FÉMININ

Pour notre deuxième article en vu de la préparation Étape du Tour, nous souhaitions vous apporter un regard féminin ! Vous le savez, les femmes ont la même importance que les hommes chez G4 ; nos collections sont toutes déclinées pour vous mesdames et nous souhaitons vous aider dans votre préparation Étape du Tour également.

Dans ce récit, vous découvrirez Griet, une cycliste de « l’extrême » si l’on peut dire ! Elle a commencé le vélo en 2013 et ne cesse de participer à des défis toujours plus exigeants. Voici son histoire et sa façon d’aborder une préparation Étape du Tour.

 

Les début de Griet en Californie

 » Je suis une biologiste marin Belge de quarante ans, passionnée de vélo de route. Le vélo est devenu une véritable passion vers 2013. Je vivais alors à San Diego (Californie). Le temps est doux toute l’année, les routes sont superbes, les collines et les paysages magnifiques. C’est un peu considéré comme le paradis du vélo en Amérique. J’ai donc acheté un Trek Madone et rejoins le San Diego Bicycle Club pour leurs promenades hebdomadaires du samedi matin. Ensuite j’ai commencé à faire du vélo deux fois par semaine, m’entraînant pour les meilleurs défis cyclistes de Californie tels que le Mulholland Challenge, Breathless Agony, le San Diego Giro, Paso Robles Century et l’escalade du mont Baldy et du mont Laguna.

 

La découverte de la Côte d’Azur

En mai 2014, j’ai déménagé au Québec, ce qui n’est vraiment pas un endroit pour les cyclistes… Les hivers sont rugueux et longs. Heureusement, j’avais un superviseur flexible qui m’a permis de passer trois mois de l’hiver québécois dans un laboratoire marin de la Côte d’Azur. Basé à Villefranche-sur-Mer, j’ai été ravi de découvrir le magnifique terrain cyclable et la magnifique beauté de la Côte d’Azur et des Alpes Maritimes. Enveloppés dans un ciel bleu quasi éternel, parsemé de villages médiévaux pittoresques, et d’oliviers et agrumes c’est d’une beauté naturelle à couper le souffle ! J’étais tellement enchanté par mon nouveau travail et mon nouveau cadre de vie que j’ai décidé de viser un emploi là-bas. Ça l’a fait ! J’ai déménagé en 2017 pour un contrat temporaire et occupe maintenant un poste de recherche permanent.

 

Le club de la Métropole

J’ai rejoint le sympathique club cycliste «Métropôle Nice Côte d’Azur Sports (MNCAS)», magnifiquement équipé par G4. La région de Nice est vraiment le paradis des cyclistes et mes kilomètres annuels sont grimpé à 9000 en 2018 et 2019 avec des dénivelés de plus de 170 000 mètres. Dans la région, les défis cyclistes sont nombreux ; Paris-Nice Challenge, La Vençoise, MercanTour Turini, Bonette, Madone, regroupés dans le Challenge Cyclosportif 06 ( je termine 5e au scratch féminin en 2018). J’ai également participé à plusieurs courses de niveaux différents telles que l’Explore Corsica (3e maillot vert féminin), La Haute Route Alpes 2018/2019 et The Ride Dolomites. Tout cela sur mon Trek.

Mais une place sur le podium n’est pas du tout ma priorité. Pour moi, le vélo est un moyen d’explorer notre belle planète, de se propulser à travers des paysages magnifiques, où même le petits tours  vous donnent le sourire. Il s’agit également de rencontrer des gens ayant une passion commune, de se mettre au défi, de renforcer son caractère son l’endurance, de stimuler la joie et la confiance et d’aérer l’esprit à chaque coup de pédale.

 

Préparation Étape du Tour : Retroplanning

Cette année, nous avons l’étape du Tour au menu à Nice. Le 5 juillet ce sera une belle journée de vélo à 177km et 3570m D +. Avec moins de 700 km parcourus au cours des cinq derniers mois (en raison d’une opération), je vais commencer la préparation Étape du Tour à zéro. Cependant, les quatre prochains mois devraient être suffisants pour se mettre en forme. D’ailleurs je n’ai pas de plan d’entraînement détaillé mais ma stratégie pour la préparation Étape du Tour globale consistera à augmenter progressivement la charge d’entraînement. Ainsi, je voudrais que mes sorties commencent à correspondre de plus en plus à la distance et au D + de l’étape du Tour d’ici juillet. Je vais le faire en augmentant le volume hebdomadaire et le gain d’altitude, et en faisant varier l’intensité de mes sorties, en fonction de ma fréquence cardiaque. Je vais commencer facilement avec deux sorties par semaine le premier mois, avec un total hebdomadaire d’environ 100 à 170 km. Fin mars, je devrais pouvoir rouler sur le Granfondo de Nice (29 mars, 124 km avec 2300m D +). D’avril à juin, je me suis fixé des objectifs intermédiaires de cyclisme, ce qui me garde motivé: six autres Gran Fondo dans les Alpes Maritimes, le Mercantour et la Ligurie, inclus dans le «Challenge Granfondo Alpes-Maritimes».

 

Préparation Étape du Tour de Juin à Juillet

Début juin, je participe à un voyage à vélo de sept jours à travers les Dolomites avec un groupe d’amis de Belges (Salzburg-Verona, totalisant 870 km avec 15000m de D +). En principe, cela devrait me donner des jambes solides pour la Granfondo Fausto Coppi, avec 177km et 4125m D + le 28 juin. Espérons-le, également pour l’étape du Tour une semaine plus tard. En fonction de mes sensations je me tournerai plus vers des MedioFondo que vers des GranFondo.

C’est d’ailleurs mon principal conseil d’une préparation Étape du Tour : sentir son corps et respecter ses limites, bien se reposer (le sommeil est ton meilleur ami) et faire en sorte d’avoir des sorties récupération de temps en temps. Ne pas sous-estimez la puissance du mental : adoptez une attitude positive et profitez de vos promenades et de la compagnie de vos amis ! N’oubliez pas de vous hydrater et d’alimenter votre corps avant, pendant et après chaque sortie. En ce qui concerne la nutrition, personnellement, je n’aime pas les gels, et je préfère grignoter des barres énergétiques maison. Voici quelques bonnes recettes.

 

Préparation Étape du Tour : les activités complémentaires

Une épreuve comme l’Étape du Tour peut être assez exigeantes pour le corps. Je pratique alors régulièrement le yoga qui aide à se sentir bien et à relâcher la tension dans le bas du dos, les épaules et les hanches. Voici quelques poses de yoga, spécialement conçues pour les cyclistes.  Le yoga représente tellement plus que du simple étirement ; il s’agit de la puissante connexion entre le mouvement et la respiration (peut-être avez-vous également remarqué cette connexion pendant que vous roulez).

Pour finir, même si nous sommes de plus en plus nombreuses sur les routes, je dois dire que j’adorerais en voir encore plus ! Le taux de participation féminin typique à toutes les courses de plusieurs jours et d’une journée que j’ai faites en France et en Italie est d’environ 5 à 10%. Pourquoi si bas ? Allez mesdames ! Rejoignez-nous !

Si vous êtes intéressé, vous pouvez en savoir plus sur mes défis à vélo sur mon blog personnel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.